Réaction au budget provincial

                                                               

                                    

 

Le budget de la CAQ donne un pincement au cœur aux retraités de l’État

L’espoir était ravivé au cœur des retraités de l’État depuis l’arrivée au pouvoir de la Coalition Avenir Québec. Leurs attentes avaient été portées, documentées, expliquées à plusieurs députés et au chef de la CAQ lorsqu’ils étaient dans l’opposition. Les demandes et attentes des retraités de l’État avaient été de nouveau portées à leur attention alors qu’ils étaient candidats à l’élection du 1er octobre 2018.

L’ADR connaît bien la situation des retraités de l’État dont la rente de retraite diminue année après année depuis bientôt 37 ans, oui 37 ans.Elle a consulté ses membres, communiqué avec de nombreux retraités membres d’autres associations et des retraités non membres d’associations. Tous sont unanimes à se dire victimes d’une grave injustice et souffrir de ses conséquences. Ils ont peur de vivre longtemps, car joindre les deux bouts deviendra quasi impossible pour plusieurs.

Les chefs de tous les partis politiques connaissent également leur situation. Ils se sont tous dits préoccupés par leur appauvrissement systématique, quand l’ADR les a rencontrés.

Que faut-il en penser ?

La joie s’était jointe à l’espoir des retraités de l’État le soir du scrutin alors que la CAQ formait le gouvernement du Québec. Ces nouveaux élus se décrivaient comme des gens de proximité des citoyens, ils allaient donc se soucier des retraités et poser rapidement des gestes concrets pour ne pas risquer qu’ils soient posthumes.

Le budget est déposé. Rien pour les retraités de l’État qui en sont pourtant à l’automne de leur vie et à la limite de leur autonomie qui provient inévitablement de leur autonomie financière.

Avec le gouvernement de la CAQ, les retraités de l’État sont-ils encore des laissés-pour-compte ? Ont-ils parlé inutilement ? Doivent-ils conserver un peu d’espoir ? Doivent-ils se sentir abandonnés ? Peuvent-ils regarder un élu de la CAQ droit dans les yeux et lui dire : « J’ai confiance en vous » ?

En conclusion

Le cri du cœur des retraités de l’État a été entendu, selon le Premier ministre, Monsieur Legault.

Un sérieux pincement au cœur est maintenant ressenti par les retraités de l’État et conséquemment, leur souffle d’espoir est grandement affaibli.

 

Gaétan Morneau

Président de l’ADR

 

2019-03-25