Attendre le Messie

 

 

 

 

Attente, désespérance, persévérance, désintérêt, espoir, DE TOUT !

 

COCKTAIL de SENTIMENTS

 

La désindexation des rentes de retraite des retraités de l’État perdure depuis plus de 35 ans. Le pouvoir d’achat de ces retraités s’est grandement effrité et l’appauvrissement se poursuit dramatiquement. Une quantité impressionnante de retraités se retrouvent dans une situation précaire.

 

Pour la population québécoise, c’est chose du passé, puisque cette action a eu lieu en 1982. Ces « gras dur » se plaignent le ventre plein. Ils sont bien chanceux d’avoir une rente de retraite.

 

Pour les retraités eux-mêmes, c’est peine perdue, dossier clos, apathie contagieuse ou bien, motivation énergisante, détermination à toute épreuve, vif désir de voir la correction.

 

 

ET POURTANT

 

Il y a tant à dire.

  • Cette désindexation fait encore ses ravages.

  • Cette rente de retraite, nous l’avons payée.

  • Elle faisait partie de nos conditions de travail durant toute notre vie active sur le marché du travail.

  • C’est du salaire différé.

  • La désindexation était injustifiée lorsque décrétée en 1982.

  • L’inflation était de 12,3 %, mais les rendements atteignaient 28,1 %.

  • Le RREGOP est capitalisé au-delà de 103,7 %.

  • C’est clair pour nous aussi, retraités. N’a-t-on pas volé l’argent des retraités ?

     

     

    DE LA DÉSESPÉRANCE À L’ESPÉRANCE

     

    Une lueur d’espoir se dessine sur ce firmament troublé.

  • Une année électorale trace la voix à une écoute attentive d’une pépinière de retraités québécois qui exerceront leur droit de vote en octobre 2018. Quelque 336 740 retraités de l’État, c’est plus qu’il n’en faut pour donner le ton à la soirée électorale, en faveur d’un parti qui se sera engagé à rétablir l’indexation de leur rente de retraite.

     

  • La Tribune, où siègent six associations de retraités et des représentants du Conseil du trésor est active. Ce lieu est une terre fertile où semer le germe de l’indexation et regarder pousser ses fruits. Nous connaissons la parabole du grain de Sénevé, n’est-ce pas?

     

  • Lee retraités donnent à leurs associations un mandat clair relativement à l’indexation des rentes de retraite : obtenir du gouvernement la fin de leur appauvrissement par le recouvrement du pouvoir d’achat tel qu’il existait avant l’injustice de 1982. Ce n’est pas un privilège de suivre le coût de la vie, c’est le gros bon sens, rien de moins.

     

    Mesdames, Messieurs, membres de l’Assemblée nationale, en action pour la naissance de la ré indexation.

     

    Le MESSIE est né pour la justice, le mieux-être et l’autonomie des retraités de l’État.

     

    Aline Couillard

    Retraitée