Une joute inattendue

Une joute inattendue

Que s’est-il passé lors de l’adoption du projet de loi 126 qui a eu pour effet la désindexation du Régime de retraite du personnel d’encadrement (RRPE)?

Qu’il y a-t-il eu de si inconvenant pour que la représentante du Secrétariat du Conseil du trésor (SCT) déclare à la première rencontre de la Tribune des retraités :

                              « On ne veut plus jamais revivre le PL 126 »?

Il est plus qu’évident que la consultation des membres de la base ait été déficiente, provoquant mécontentement et reproches.

Faut-il le redire?

La consultation est un droit pour les retraités et un devoir pour leurs représentants.

Instance gouvernementale

Faut-il également le redire? Une instance gouvernementale, mise sur pied pour permettre aux retraités de s’exprimer, démontre la volonté du gouvernement de connaître les attentes des retraités. Pour plus de facilité, leur voix passe par celle de leurs représentants.

Entre ici en jeu, le rôle de représentant, soit de celui de traduire fidèlement la position de la personne ou du groupe de personnes au nom de laquelle ou duquel il parle, écrit ou agit.

Pour mériter la confiance des personnes représentées, la transparence, la fidélité et le respect sont de mise.

Important déficit de démocratie

Si les représentants décidaient de ne pas consulter les personnes au nom desquelles ils parlent ou écrivent, que dirait-on ?

Si c’était les Conseils d’administration qui décidaient de tout, qu’en penserait-on?

Si ces représentants invoquaient une orientation large votée antérieurement comme prétexte, ne pourrait-on pas dire que toute application n’en découle par automatiquement, que bien au contraire, il y a risque de dénaturer la volonté des individus de la base?

Un exemple serait ici éclairant : Un enfant qui, à la demande de ses parents et pour sa bonne forme physique, a accepté de pratiquer un sport, n’autorise pas ses parents à l’inscrire au base-ball. Sa préférence pourrait être le soccer ou la natation, d’où la nécessité de le consulter, n’est-ce pas?

Confidentialité

Qui plus est, si ces mêmes représentants osaient mettre le sceau de la confidentialité sur ce qu’ils disent ou écrivent au nom des personnes qu’ils représentent, ne serait-ce pas plus qu’indécent?

Une joute

Une nouvelle joute serait-elle amorcée? Couverait-elle pour faire ressurgir un vécu semblable à celui du PL 126?

Un leurre pour qui? Pourquoi?

Les personnes ainsi représentées sont leurrées et non respectées.

Le gouvernement est leurré. Son objectif de consultation est dévié. Son action risque d’être inadéquate.

Pourquoi? Plusieurs hypothèses peuvent être avancées, mais seuls les représentants ont la réponse.

Et si ce comportement n’était pas fictif…

La non-consultation a un prix. Tout a été dit. À chacun ses réponses.

 

Aline Couillard

Retraitée de l’éducation

 

(à suivre, 6e partie)

Un règlement qui s’impose